Gourmetise

La gourmandise raffinée et assumée.

16 juin 2011

Portrait d'une diététicienne gourmande

Hier, je vous ai annoncé l'ouverture du salon Oh My Food demain à Porte Versailles, durant 3 jours. Pour lire un résumé, je vous invite à vous rendre sur l'article en question.

Aujourd'hui je mets en ligne une interview réalisée il y a quelques temps avec Ariane Grumbach, diététicienne dont l'approche se place avant tout sur la notion de plaisir et l'exclusion des termes restriction, interdiction. Une vraie gourmande assumée, dans son sens le plus pur. Elle animera une conférence sur le salon Oh My Food sur le thème "Peut-on maigrir sans faire de régime" samedi à 17h45 et dimanche à 16h45 (espace Agora 2).

IMG_2729

A titre personnel et de vécu Gourmetise, son blog l'Art de Manger fait partie d'un de mes favoris parce qu'il a pour mission de nous faire partager avec légèreté et gourmandise une approche de l'alimentation gourmande décomplexée. Elle est capable, entre autre, de nous parler du lard de Colonnata en valorisant et intégrant la consommation de gras au sein d'une alimentation équilibrée.

bannière

Bannière du blog l'Art de Manger, réalisé par Lucile Prache

Sous forme de questions/réponses, voici donc un portrait d'Ariane et un partage entre Gourmettes Gourmandes ou Gourmandes Gourmettes ;=) 

Peux-tu nous résumer ton parcours, plutôt atypique, pour arriver au métier de diététicienne ?

J’ai 44 ans, j’ai fait HEC et j’ai travaillé 20 ans en entreprise dans le marketing, la communication, le conseil ce qui ne me prédisposait pas du tout à devenir diététicienne. Dans mon dernier métier, j’accompagnais de grands projets et j’ai finalement eu aussi envie d’accompagner des personnes. J’ai croisé cette envie avec le fait que je m’intéressais à l’alimentation mais sous l’angle de la gourmandise. Je me suis rendue compte que j’étais très gourmande, capable d’aller à l’autre bout de Paris pour chercher un produit, faire un détour pour aller dans un restaurant. Et un jour j’ai eu un déclic, c’est le croisement de ces 2 choses qui m’a fait dire « diététicienne, voilà le métier qui me conviendrait ». Mais j’étais instantanément dans une approche de diététicienne du plaisir de manger, réhabituer les gens à se faire plaisir en mangeant.

Tu es diététicienne et tu animes un blog. Quelle est ton approche du blog ?

Sur mon blog je voulais parler de mon approche un peu différente de la diététique, car quand on entend « diététicien » on pense tout de suite à régime, privation, restriction. Je voulais avoir une tribune pour pouvoir dire que je travaillais autrement. Je ne donne pas de régime, j’aide vraiment les personnes à comprendre pourquoi elles ont pris, éventuellement, du poids et à changer leur façon de manger, à se réconcilier avec les aliments, à se faire plaisir en mangeant, à prendre le temps de savourer.  Je voulais donc naturellement en parler sur mon blog et montrer aussi qu’on peut se faire plaisir au quotidien, que le plaisir du goût n’est pas réservé qu’aux grandes occasions. Je voulais aussi lutter contre l’obsession de la minceur, car si les femmes s’acceptaient, elles se lanceraient moins dans des régimes qui leur développent des obsessions alimentaires.

Tous tes sujets sont traités de manière très accessible, assez légère, sans jugement ni parti pris.

C’est ce qu’on me dit, j’ai pas mal de retours. Je parle d’une façon très déculpabilisante de l’alimentation, ce que les personnes apprécient beaucoup. Ca fait aussi partie de mon approche. J’essaye de faire prendre conscience aux personnes, qu’elles se traitent aussi dans la bienveillance et le non jugement, de ne pas passer son temps à se dire « j’ai fait bien, j’ai fait mal, je suis moche, je suis ceci, je suis cela… ». Dans les sujets dont je parle sur mon blog j’essaye de ne pas être dans la nutrition scientifique. Je pense qu’il faut manger de tout, si on se prive d’un aliment, on en a encore plus envie. Chaque produit doit avoir sa place dans une alimentation, mais apprendre à savourer, avoir une alimentation variée, manger des légumes pour le plaisir et pas parce qu’il faut en manger. Par exemple quand on mange du chocolat, parvenir à se rendre compte que si on le mange avec attention et conscience on n’a pas besoin d’en manger beaucoup. J’essaye donc de faire passer tous ces messages là sur mon blog, de façon légère.

Maintenant, pour rejoindre nos deux univers, y aurait-il un seul produit gourmet que tu recommanderais ?

C’est très difficile de répondre car ce que j’aime avant tout c’est la variété, en fait. Donc j’ai beaucoup de mal à me focaliser. J’avais dit sur mon blog que mon aliment préféré était la tomate et il m'est déjà arrivé d'acheter un cageot de tomates de Terroir d’Avenir. Sinon j’adore le chocolat, le fromage. Tout pourvu que ce soit bon.

As-tu déjà vécu l’expérience d’être scotchée par la saveur d’un produit particulièrement étonnant ou exceptionnel ?

J’ai découvert un aliment récemment scotchant, dans un restaurant à Bruxelles, que je ne connaissais pas du tout, c’est l’huître végétale. On croit manger une huître et en fait c’est de la salade.

Quelle est ta pâtisserie fétiche ?

Je suis capable de partir loin pour explorer, je suis donc du genre à aller manger un éclair au café à un tel endroit, une tarte aux pommes dans un autre endroit. Je trouve qu’il n’y a aucun pâtissier qui sait tout bien faire. En revanche, j’adore le Paris-Brest de Conticini à la Pâtisserie des Rêves, c’est sublime car j’aime beaucoup le praliné. En fait je n’aime pas beaucoup les gâteaux des pâtissiers, je préfère les faire moi-même.

Ton épicerie de prédilection ?

J’ai 2 épiceries dans lesquelles je me rends fréquemment. Tout d'abord, l’épicerie Lion (dans le 18ème)Je suis certes voisine, mais en plus de proposer des produits, ils en inventent aussi : les riz au lait par exemple mais aussi le condensé d’herbes (coriandre, basilic à diluer dans une sauce, une soupe) c’est extrêmement parfumé et délicieux. Et leur spécificité est de ne proposer que du végétal. Ils n’ont aucun produit animal. Et sinon l’épicerie du 4, dans le 19ème. Ils sont aussi très curieux, à la recherche de produits pour se démarquer. Pour le chocolat, j’aime beaucoup ChocoLatitudes, car si on veut sortir des tablettes Bonnat, Pralus, Laurence a une diversité de choix, en bio, de producteurs. Beaucoup de produits autour du chocolat.

J’aime bien sinon le salon de thé L'essence du Thé. Ils disposent d'un grand choix de thés et ont un espace très sympa, très serein au fond, pour boire un thé avec un gâteau ou y déjeuner à midi avec des saveurs un peu originales.

Dans quels restaurants te rends-tu ?

A Paris, je suis une grande fan de William Ledeuil, Ze Kitchen Gallery ou KGB (dans le 6ème). Il a un registre de saveurs asiatisantes dont je raffole. J’aime beaucoup sa cuisine. Je suis passionnée de Japon, donc je mange beaucoup japonais et aime aussi beaucoup Guilo Guilo, dans le 18ème. Il y a un chef extrêmement créatif qui change son menu tous les mois et à chaque fois c’est entièrement nouveau et dit lui-même qu’il a des milliers de recettes en tête. Au début, nous y allions tous les mois.

En province je raffole de SaQuaNa à Honfleur et les Bacchanales à Vence.

Quelles sont tes sources (salons, magazines, emission radio, TV…) d’inspiration ?

Comme mon métier est au carrefour de la santé, de la cuisine, de la gastronomie, de la psychologie, de la sociologie, de l’économie donc ça génère une masse de lecture gigantesque donc je trouve beaucoup d’inspiration dans les livres pour mon travail. Sinon d’un point de vue personnel, je me rends au salon Saveurs, j’achète des magazines de cuisine « Régal », « Saveurs » « Elle à Table ». Beaucoup de lecture

Quelle serait ta définition de la Gourmetise ? Quelle est la différence entre un gourmet, un gourmand et un gastronome ?

J’ai une certaine définition de la gourmandise, je ne me place pas, comme beaucoup de gens, sur cette perception de « la Gourmandise c’est un péché » « être gourmand c’est trop manger". Pour moi être gourmand c’est avoir du plaisir à manger. C’est très personnel, mais il faut apprécier ce qu’on mange, ne pas culpabiliser, sans forcément un niveau d’exigence. Etre gourmand c’est se faire plaisir.

Alors que le gourmet c’est une personne qui va être très exigeant dans la recherche de bons produits, dans l’attention portée au produit, être dans la saveur, il va avoir une certaine exigence sur le goût, mais il va être un peu curieux et explorateur. Il va être capable de trouver la perle rare dans un endroit pas forcément évident.

Et le gastronome, est plus lié au restaurant, au fait d’aimer bien manger, mais dans un cadre un peu formel et pas forcément explorateur comme le gourmet.

Pour finir sur un ton léger, si on te proposait un dîner avec des personnalités, lesquelles choisirais-tu ?

La sublime danseuse Sylvie Guillem, Patrick Roger, chocolatier fou, Juliette Binoche, actrice lumineuse, Olivier Roellinger, chef merveilleux. Que des passionnés.

Posté par Soph Gourmetise à 14:16 - 4/ Les experts de Gourmetise - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,

Commentaires

    Voilà des lignes tout à fait passionnantes à lire !

    Posté par Laurent, 19 juin 2011 à 12:05
  • C'est vrai que l'huître végétale (oyster leaves) de chez Koppert Cress est surprenante. Passionnant cet article.

    Posté par Hélène, 20 juin 2011 à 09:04

Poster un commentaire